Pour une démarche de suppression totale des polluants intérieurs dans les crèches, les centres de loisirs et les écoles d’Amiens

Question orale présentée par Marion LEPRESLE pour les élu-e-s écologistes.

Conseil Municipal du 3 novembre 2016 :

guide-construire_sain

Guide du construire sain

En décembre 2009 une étude Atmo Picardie sur la qualité de l’air intérieur dans deux crèches et une école d’Amiens Métropole (ici) avait montré la présence de produits toxiques, due à l’utilisation de produits d’entretien. Cette étude avait été présentée à l’ensemble des membres du Conseil de crèche d’alors, représentants de parents d’enfants et des directeurs de crèches amiénoises. Il s’en était suivi des mesures visant à supprimer les produits d’entretien dangereux pour les enfants des crèches.

 

Par ailleurs, plusieurs études de l’INRA (ici) soupçonnent que le bisphénol A, un composant chimique présent dans les biberons en plastique, peut être un perturbateur endocrinien c’est-à-dire qu’il pourrait être à l’origine de dérèglement des fonctions de reproduction. Nous avions alors décidé de ne plus utiliser de biberons au bisphénol A dans les crèches.

D’autres études, menées par exemple par le laboratoire universitaire Péritox et réalisées sur les pesticides dans l’alimentation, montrent aussi les conséquences néfastes sur la santé. Conscients de cet enjeu pour les jeunes enfants, l’équipe municipale d’alors avait fait le choix d’introduire des aliments issus de l’agriculture biologique dans les crèches et les écoles amiénoises.

Atmo Picardie vient de publier une nouvelle étude (ici) sur les perturbateurs endocriniens dans l’air en Picardie qui met en évidence la présence de contaminants de l’air ambiant dans une crèche et une école amiénoises notamment. On retrouve par exemple des phtalates et d’autres composants dangereux pour la santé qui peuvent être présents dans les peintures, les mobiliers, les vêtements ou les jouets.

La Fondation Nicolas Hulot et le réseau Écolo-Crèches s’associent pour lancer une campagne d’alerte concernant les risques de l’utilisation de produits toxiques dans les crèches (ici). Car, en effet, les enfants sont en général plus exposés à ces risques que les adultes. Ces polluants intérieurs peuvent être cause d’allergies, de maladies respiratoires et avoir des répercussions sur la fertilité.

Pour réduire les risques d’exposition aux polluants, des axes d’amélioration peuvent être apportés en matière d’ameublement, de produits d’entretien, désinfectants et d’hygiène, de matériel pédagogique ou encore de construction des bâtiments. En voici quelques exemples : choisir des meubles en bois naturel non traité comme le recommande Atmo Picardie ainsi que des jouets écologiques ; préférer un bâtiment éco-construit ou, au moins, avec des peintures ne rejetant pas d’émissions de COV ; utiliser des produits d’hygiène moins toxiques ; aérer régulièrement les pièces afin de dissiper les émissions polluantes à l’intérieur des bâtiments.

Serait-il possible de nous engager dans une démarche de suppression totale des polluants intérieurs dans les crèches, les centres de loisirs et les écoles pouvant mettre en péril la santé de nos enfants ainsi que du personnel ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s