EOLIEN : NOT IN MY AMIENS METROPOLE

Notre tribune métropolitaine pour le mois de mai 2017 :

Nimby

© dessin de presse Joe Heller, 2011

 

Pour fêter la semaine du développement durable, la majorité a voté un vœu anti-éolien (ici) au dernier conseil d’agglomération. Nous avons voté contre.

Pour la première fois nous abordions ce sujet, mais de la pire manière, par le rejet pur et simple, sans aborder l’intérêt de cette énergie renouvelable et uniquement avec de faux arguments à charge, des fake-news indécentes à base d’oiseaux migrateurs et de morts pour la patrie.

Ce petit parc de 6 éoliennes, porté par une entreprise dont le siège social est à Amiens, pourrait être le 1er de notre territoire et fournir 10% de la consommation hors chauffage des amiénois. Nous pourrions faire d’Amiens la capitale économique française de l’énergie éolienne au cœur du 1er département en nombre d’installation. Dans la Somme, c’est près de 500 emplois (à comparer à une fermeture d’usine), des reconversions industrielles et un centre de formation à la Cité Scolaire, le Windlab.

Amiens décide donc de tourner le dos à un de ses atouts principaux. Nous touchons pourtant des subventions de l’État et annonçons un Cluster sur « l’autonomie énergétique ». Oublions tout cela, c’est du vent. Nous ne sommes même plus la capitale de la Somme, juste celle du vide.

Ce vœu anti-éolien de l’agglomération a été proposé par le Maire de Thézy-Glimont concerné par ce projet et Vice-Président au Développement Durable mais qui ne l’a même pas défendu. Courage, fuyons ! Peut-être est-il candidat pour accueillir une nouvelle centrale nucléaire de type EPR comme le souhaite le Président de la Région ?

Le nucléaire n’est même plus compétitif et la transition énergétique est déjà une réalité mondiale. Le développement des énergies renouvelables mérite pourtant un vrai débat et doit être accompagné au niveau local pour en tirer les bénéfices.

En retard sur le Plan Climat, Amiens métropole envoie le message « pas chez nous ». Attendons, on nous dira bientôt qu’il n’y pas de vent à Amiens !

Publicités

Amiens doit faire enfin le choix de l’éducation pour TOUS

Notre tribune municipale pour le mois de mai 2017 :

enfantEcoleLe nouveau Président de la République a annoncé dans son programme la possibilité pour les communes de revenir sur la réforme des rythmes scolaires. Lors du dernier conseil municipal, Mme le Maire que nous avons interrogé a laissé entendre que des parents l’avaient sollicité pour revenir à une semaine de 4 jours dans les écoles, ce qui serait catastrophique pour les enfants les plus défavorisés d’Amiens !

En effet, la réforme du temps scolaire a d’abord été pensée pour eux, pas pour les enfants qui peuvent bénéficier d’émulation intellectuelle en dehors du temps scolaire, pas pour les enfants qui bénéficient déjà d’un encadrement éducatif privilégié !

Non, Mme le Maire, il ne faut pas revenir à la semaine de 4 jours. Depuis plus de 30 ans, de nombreuses études scientifiques de chronobiologistes démontrent que 4 jours d’école altèrent le rythme biologique des enfants. L’alternance deux jours de classe, un jour de repos, deux jours de classe peut être nuisible au comportement et donc aux apprentissages de l’enfant lorsqu’il n’y a pas de continuité dans le rythme du sommeil. Or, beaucoup d’enfants ne bénéficient pas de cette régularité.

Les études montrent aussi qu’il est préférable d’alléger les journées de classe, de programmer les enseignements le matin ou à des moments où la faculté de concentration des élèves est la plus grande, et surtout, qu’il importe de penser l’école en complémentarité avec les activités périscolaires afin de favoriser la réussite éducative.

Ainsi, plutôt que de revenir à une semaine de 4 jours d’école, Mme le Maire, faites le choix d’une politique ambitieuse pour la jeunesse de notre ville, de rendre gratuites les activités périscolaires et d’améliorer le projet éducatif global pour que TOUS les enfants de notre territoire puissent en bénéficier.